20/02/2008

Interview Marie-Thérèse Desreumaux

SL701351

Marie-Thérèse Desreumaux

Tourcoing

La Grand-Place de Tourcoing au début du XXe siècle


 

Je suis née en 1920 à Tourcoing, en France, une ville du Nord. Papa était tisserand, il faisait les chaînes pour les tisserands, en assemblant des bobines de laine dans un peigne. Le tout glissait ensuite sur un tambour. Il travaillait à l'usine. Maman était à la maison, elle élevait les enfants, nous étions quatre enfants, j'avais une soeur, Céline, et deux frères, Jules et André. J'étais la plus jeune de la famille, j'ai débarqyué quand tout le monde était là. Le prénom de papa, c'était Paul, celui de maman, Stéphanie. Papa a été tisserand tout sa vie. C'était un homme plein de courage.

SL701353

J'ai été à l'école à Tourcoing, jusqu'à l'âge de 12 ans. Ensuite, j'ai suivi une formation de couturière. A l'âge de 16 ans, j'ai commencé à travailler à l'usine où j'étais moulineuse. Je préparais les chaînes pour les tisserands.

SL701354

Phanie, la maman de Marie-Thérèse

SL701357

Paul, son père

J'ai rencontré mon fiancé à  l'usine, il s'appelait André. Il était français aussi. Il m'a ensuite emmené en Belgique parce qu'il voulait changer et retrouver du travail. Dans le nord, tout était épuisé, il n'y avait plus rien, c'était la pauvreté. Nous sommes venus à Dinant, et mon mari a travaillé à Leffe. De mon côté, je travaillais à la Filature des Ardennes de Bouvignes. André et moi avons eu deux enfants, Alain et Joëlle.

A présent, je ne vois plus personne dans le Nord. J'ai peut-être encore des cousins, je ne sais pas trop, je les ai perdus de vue. Je me suis bien habituée en Belgique, je m'y suis plue.

J'ai donc travaillé à Bouvignes sur le peignage, j'ai également travaillé au télésiège de Dinant et j'effectuais des travaux de nettoyage pour la directrice de l'Ecole moyenne. Je faisais tout cela en même temps pour élever mes enfants. Aujourd'hui, dites, le temps a passé, je suis arrière-grand-mère d'une petite Clara. Je peux vous le dire, je suis fière de ma famille, mais aussi, je suis fière de ma vie.

Vous vous souvenez d'une chanson de votre enfance ?

Evidemment que je me souviens. Je peux vous chanter le p'tit Quinquin. C'est la chanson qu'on chante le plus dans le Nord. Dors min ptit quinquin min ptit pouchin, mon gros rojin (Dors mon petit enfant, mon petit poussin, mon gros raisin), tu m'fras du chagrin si tu n'dors pas jusqu'à d'main.

Dors, Min p'tit quinquin,
Min p'tit pouchin, Min gros rojin
Te m'fras du chagrin
Si te n'dors point ch'qu'à d'main"

Ainsi, l'aut' jour eun' pauv' dintellière,
In amiclotant sin p'tit garchon
Qui d'puis tros quarts d'heure, n'faijot qu'braire?
Tâchot d'linformir par eun' canchon
Ell' li dijot : Min Narcisse,
D'main, t'aras du pain n'épice
Du chuc à gogo
Si t'es sache et qu'te fais dodo !

Mon fils Alain m'a fait un album, j'y vais souvent comme en visite, je suis heureuse de revoir les visages de Papa et Maman. Aussi, ça me fait pleurer, mais c'est bon de les voir. Ah s'ils revenaient maintenant et me voir comme je suis devenue ! Ils diraient : "Pauvre petite". Quand je me suis mariée, Papa a dit : "C'est mon petit serin qui s'en va". Je l'entends souvent cette phrase. Je chantais tout le temps, je n'ai jamais été morose.J'aimais tellement mon Papa, c'était un petit homme, quelqu'un d'affectueux et de chaleureux. Le samedi, il faisait la tournée des veuves de la famille, il leur apportait des légumes de son jardin pour les aider un peu. Maman, c'était un ange. Mes parents partageaient avec les démunis, Maman avait peu d'argent, mais elle parvenait encore à partager le peu qu'elle avait. C'était une famille, une belle.

SL701362

Voilà toute ma famille, Papa, Maman, mes deux frères Jules et André, ma soeur Céline et moi, la cadette.

   

12:56 Écrit par animation sainte-anne dans Interview Marie-Thérèse Desreumaux | Lien permanent | Commentaires (0)