24/11/2010

Conférence du Dr Gueibe à Sainte-Anne

 

Conférence du Docteur Raymond GUEIBE

23/11/10 - Chapelle Sainte-Anne

Psychiatre à la Clinique Saint-Pierre à Ottignies (mais aussi alcoologue, auteur), le docteur Raymond Gueibe a donné ce mardi 23 une conférence à la chapelle Sainte-Anne sur le thème de la Bientraitance de la personne âgée. Il nous est apparu comme un conférencier chaleureux, habile, expressif, soucieux d'être compris. Il est à la fois un conférencier prévenant (il prend de temps en temps la température de l'auditorat, s'inquiète de son confort moral - je ne vous choque pas ?) et un orateur qui a le goût des propos et des tournures d'esprit percutants.

 

SL702647.JPG   SL702651.JPG

 

 

 

 

SL702652.JPG  SL702653.JPG  SL702655.JPG  SL702665.JPG 

SL702668.JPG

Sans prétendre donner ici un résumé de la conférence, j'aimerais reprendre, par brèves séquences, quelques-unes des lignes de force de la conférence.

Le soignant (aide-soignant, infirmier, kiné, animateur, ergo) doit garder à l'esprit cette réalité : il est ignorant en matière de vieillissement, il ne sait pas (physiquement, psychiquement) ce que c'est que de vieillir, il ne vit ce passage ni dans son corps, ni dans son esprit.

Ni le désir de bien faire ni la conviction de bien faire du soignant ne sont garants d'une action menée au bénéfice du résidant.

Le soignant doit demeurer attentif à ce décalage temporel entre le résidant et lui : les résidants sont âgés et les soignants sont (relativement) jeunes.

Le recours à l'idée de la norme est un leurre : la norme est instable, elle est variable, le temps la modifie (voir la façon de mettre un nouveau-né au lit, de l'emmailloter, voir le regard porté sur l’homosexualité, etc.) 

SL702671.JPG  SL702669.JPG  SL702672.JPG

Nous entretenons la vie, nous la préservons, nous nous référons à des convictions morales et / ou religieuses : mais entretenir la vie selon le souhait, le désir de qui, à quel prix ? Prendre garde à l'acharnement thérapeutique.

Le résidant peut avoir un regard différent, original sur la mort, un regard différent de celui qui est porté par une personne en pleine santé : chez certaines personnes âgées, la crainte de la mort s'est amenuisée, certains êtres, en progressant en âge, se réconcilient avec l'idée que la vie a une fin.

SL702676.JPG

Il faut à tout prix se garder d'infantiliser la personne âgée : il ne faut jamais contrevenir au respect de l'autre.

La personne âgée sait ce qui est pour bon pour elle. Aller contre le désir du résidant "pour son bien" est un contresens. Le consentement de la personne âgée est indispensable.

Un être désorienté a encore des choses à dire. Il faut demeurer à son écoute. Il faut proscrire les étiquettes qui oblitèrent et anéantissent un être : "il est dément" (on cesse de l'écouter, de prendre attention à son avis, son opinion). La confusion dans le temps et dans l'espace ne prive pas un être d'exprimer des désirs, des souhaits.

Le soignant est là pour calmer la souffrance, pour atténuer la douleur : donc prescrire des antidouleurs, de la morphine.

Quand j'affirme que je sais ce qui est bon pour l'autre, je suis dans la maltraitance, je néglige la particularité, l'originalité, la singularité de l'expérience de l'autre.

Défions-nous des mythes en vigueur : éternelle jeunesse, refus de la vieillesse.

Mise en exergue de la considération de l'ancêtre dans la culture africaine : la vieillesse est assimilée à la sagesse. L'ancêtre est un puits de sagesse, quand il disparait, c'est une bibliothèque qui disparait. Des valeurs existent : le lien avec l'âme des ancêtres, une sorte de sérénité devant la mort.

Proscrire les épithètes qui disqualifient, qui enferment dans une catégorie.

Une personne âgée est une personne dont le cerveau est âgé (on peut parler de confusion temps/espace). Il faut prendre du temps pour refaire un récit de vie, revenir en arrière, évoquer le sens d'une existence propre.

Vieillir n'est pas une maladie.

Nous avons pour mission essentielle de maintenir à chacun de nos résidants le statut d'être humain dont la parole mérite d'être entendue.

Il faut accepter d'entendre la demande d'euthanasie.

11:31 Écrit par animation sainte-anne dans Dr Gueibe | Lien permanent | Commentaires (0)