14/12/2009

Lucien Drugmand : La Campanie

Les voyages de Lucien Drugmand :

La Campanie et la Baie de Naples (1)

 la cathédrale de Milan

La cathédrale de Milan

Nous sommes en 1967, les enfants nous accompagnent. Par les autoroutes, nous traversons Bâle, le tunnel du St-Gothard, Locarno et nous nous arrêtons à Milan sur le parvis de la cathédrale. Nous y entrons, nous prenons l'ascenseur pour aller nous promener sur le toit. Le style est du gothique flamboyant et le nombre de statues entourant la cathédrale est impressionnant (2.245). Sur le toit, on admire les 135 flèches en marbre blanc d'une extrême finesse ainsi que la haute flèche, appelée "le Tiburio", haute de 108 mètres. Elle est surmontée d'une statue de la Madonnina. La cathédrale s'appelle le Dôme, le début de sa construction remonte au XIVe siècle. 

Nous poursuivons la route jusqu'à Modène où nous faisons étape au motel de l'autoroute. Le lendemain, nous filons sur Florence et arrivons à Rome.

place saint-pierre 2

Place Saint-Pierre, Rome

Nous plongeons sur la place Saint-Pierre. C'est là que nous pouvons admirer la colonnade réalisée par Le Bernin. Elle est partagée en deux immenses arcs de cercle. Au milieu de la place se dresse l'obélisque du Ier siècle avant J.C. Il a été transporté de Héliopolis à Rome en 37, sur l'ordre de Caligula et érigé en 1585 à l'initiative de Sixte Quint. La roche tarpéienne, que nous avons visitée, est située sur une crête rocheuse à proximité du Capitole, l'antique colline qui symbolise la puissance de Rome. Après un dernier regard sur le Castel S. Angelo, petite forteresse défendant l'entrée de l'Etat du Vatican,  nous poursuivons notre route vers Naples et Sorrente.

roche tarpéienne

La roche tarpéienne

Au cours de ce trajet, nous apercevons sur la hauteur des Apennins, la célèbre abbaye de Monte Cassino. Peu après Naples, nous apercevons la vue inoubliable sur le Vésuve, nous longeons la baie de Naples et parvenons à notre appartement à Sorrente.

baie de naples

La baie de Naples

10:54 Écrit par animation sainte-anne dans Lucien Drugmand | Lien permanent | Commentaires (0)

08/12/2009

Lucien Drugmand - Tyrol (6)

Les Voyages de Luciend Drugmand

Le Tyrol (6)

Après avoir admiré le site du Zugspitze, nous arrivons à Füssen, très ancienne ville sur la rive gauche du Lech. Nous regardons le Höhes Schloss (XIIIe siècle) qui était l'ancienne résidence d'été des princes-évêques d'Augsbourg. Plus loin nous parvenons à Lindau.

Lindau

Lindau

C'est magnifique, vraiment. Il s'agit d'une petite île près des berges du lac de Konstanz. Lindau est une station très agréable du lac de Konstanz et la façade de son hôtel de ville nous montre une foule de fresques splendides. On y contemple aussi la Tour des Voleurs du XIIIe siècle ainsi que le port sur le lac. Lindau était une ancienne ville impériale (l'une des trois villes les plus riches de la Souabe) et elle a gardé son cachet mais hélas elle a gardé sa renommée en devenant une île touristique. L'entreé du port est ornée de deux tours, l'une surmontée du lion de Bavière, l'autre d'un phare qui sert à la navigation. C'est là que nous avons passé deux jours à excursionner. Tous les édifices sont de style gothique flamboyant et de style baroque. Nous avons visité le riche jardin de la Mainau. Nous nous sommes promenés au milieu d'un jardin quasi tropical : hibiscus, citronniers, petits palmiers, orangers, orchidées, océan de roses, tulipes et dahlias.

ile le Mainau

Jardins de l'île de la Mainau

Envoûtés par les effluves des fleurs, nous poursuivons notre route vers Meersburg où nous prenons le ferry pour la ville de Konstanz. Le lac est presque une mer intérieure (15 km X 65 km) entre Suisse, Allemagne et Autriche. La ville est surtout connue par le concile qui s'y tint en 1417. Nous y avons visité la cathédrale (XIe au XVIe) et la maison où se tint le concile. Nous nous promenons le long des berges, sous un climat exceptionnel. De nombreux voiliers voguent sur le lac. De ce lieu de villégiature, nous prenons la route du retour au pays en nous dirigeant vers la Forêt Noire que nous traversons en passant par le lac de Titisee et la route des Crêtes qui passe par Freudenstadt et Baden-Baden (célèbre ville d'eau) et enfin Karlsruhe, Strabourg, Luxembourg, Anseremme. 

forêt noire

La Forêt Noire (Schwarzwald)


Dans notre prochain récit, nous mettons le cap au sud : Rome, Sorrente, Amalfi.       

11:37 Écrit par animation sainte-anne dans Lucien Drugmand | Lien permanent | Commentaires (0)

07/12/2009

Lucien Drugmand - Le Tyrol (5)

Le Tyrol (5)

(Lucien Drugmand : ses voyages)

N'oublions pas que le célèbre cantique de Noël "Stille Nacht" a été composé par Franz Gruber en 1818 à Salzbourg. Il est connu dans le monde entier. Nous nous plaisons à déambuler dans le vieux Salzbourg. Après la cathédrale de style baroque, nous allons vers le château Mirabell au pied duquel un magnifique jardin fleurit. Nous sommes restés plus d'une demi-heure dans ce jardin tant tout y était splendide : les fleurs, les pelouses, les ifs. Au sortir du jardin, nous sommes sur le bord de la Salzach et, par la Getreidegasse (la célèbre et large ruelle ornée de magnifiques enseignes en fer forgé), nous parvenons à la maison natale de Mozart. Nous la visitons, nous voyons notamment le clavecin sur lequel il expérimente ses premières compositions dès l'âge de 6 ans : c'était un génie précoce. Malgré la foule des visiteurs, nous vivons la visite dans un calme presque religieux et recueilli. A la sortie de la maison, on entend les paroles d'admiration de visiteurs étrangers. 

Maison_Mozart

 

Franz Gruber           W.A. Mozart

Nous regagnons la voiture et filons vers Innsbruck, capitale du Tyrol. Nous arrivons près du château construit par l'empereur Maximilien de Habsbourg au XVe siècle et embelli par Marie-Thérèse au XVIIIe. Il est de style rococo italien. Sur le côté du château, nous pénétrons dans l'église de la Cour d'Innsbruck. Il faut savoir que les souverains passaient généralement une partie de l'été à Innsbruck. Nous sommes impressionnés par le catafalque que Maximilien a fait construire de son vivant. Il est entouré de vingt-huit statues en bronze représentant des ascendants de Maximilien. Nous parcourons ensuite la Maria-Theresienstrasse au centre de laquelle a été érigée la colonne de sainte Anne. C'est le lieu de toutes les manifestations musicales et fokloriques, on y voit des sociétés de musique commandées par un tambour-major. Elles sont toutes costumées en blasers rouges, pantalons de golf noirs et bas blancs, les musiciens portent le chapeau tyrolien aux couleurs régionales. Nous arrivons au beffroi de la ville situé non loin du légendaire petit Toit d'or.

tombeau

Tombeau de Maximilien

En fin d'après-midi, nous reprenons la voiture et filons sur la route frontière (Allemagne/Autriche) vers Fussen. Nous passons au pied du Zugspitze (2.900 m) pour arriver à Fussen. Ce trajet nous permet de voir de magnifiques sites et points de vue sur les Alpes. Il y a un château magnifique qui est illuminé le soir. 

800px-ZugspitzeJubilaeumsgratHoellental

Le Zugspitze
   

11:12 Écrit par animation sainte-anne dans Lucien Drugmand | Lien permanent | Commentaires (0)

02/12/2009

Lucien Drugmand - Tyrol (4)

Lucien Drugmand en voyage - Le Tyrol (4)

Je tiens à apporter quelques précisions relatives à l'aspect culturel du voyage. Très caractéristique de la région, le jodl est un chant mélodique, fait de prouesses vocales, il est très rythmé. Le jodl s'accompagne de danses violentes et rythmées, éclaboussées de rires et de claques. Le jodl se distingue des autres airs par la fluctuation de la tonalité. Chaque village possède sa fanfare composée de tambours et de cuivres. Les musiciens sont vêtus d'une culotte de cuir dont les bretelles sont ornées d'edelweiss brodés. Ils portent le chapeau en feutre garni d'un plulmet de blaireau aux couleurs locales.

jodler

La caractéristique principale des églises est le clocher rouge surmonté d'un bulbe en forme de poire.

La journée se termine par une promenade dans al ville de St.Johann.

Le huit juillet, tôt le matin, nous constatons un ciel d'azur. Comme nous avions vu depuis le début du séjour de petits avions volant à basse altitude, je me suis promis d'aller m'informer au syndicat d'initiative. De fait, il y a à St. Johann une petite compagnie aérienne qui organise des vols au-dessus des Alpes. Nous décidons de nous inscrire pour un "Alpen-Rundflüge". Quatre ou cinq petits avions, d'une capacité de six passagers sont en attente permanente. Nous embarquons tous les quatre avec un pilote et un guide parlant français. Nous prenons immédiatement un peu d'altitude pour nous diriger vers le Grossglockner. L'avion vole autour du Grossglockner (3.800 m) ce qui nous permet d'admirer le grand glacier de Pastersee ainsi que le terminus de la route qui mène au glacier, on y voit abonder les touristes et les voitures. L'avion poursuit son vol le long des crêtes alpestres vers le Grossvenediger. Ce vol a duré deux heures et nous a remplis d'étonnement et d'admiration. Nous rejoignons l'aéroport.

salzbourg

Remis de notre périple aérien, nous décidons d'aller visiter Salzbourg, la ville de Mozart. Nous arrivons en ville et sur une immense place, où se trouve la fontaine, nous trouvons le parking des touristes. La ville est traversée de part en part par la Saalzach. Huit ponts relient les deux parties de la ville. Celle-ci est dominée par la forteresse  de Höhensalzsbourg (1.500 m) d'où nous contemplons les deux rives de la rivière. Ensuite, nous nous rendons à la cathédrale. Nous la visitons et ensuite l'église des franciscains qui, à ce moment, donne un concert d'orgues.

11:17 Écrit par animation sainte-anne dans Lucien Drugmand | Lien permanent | Commentaires (0)

01/12/2009

Lucien Drugmand - Voyages - Décembre 01 09

Les Voyages de Lucien Drugmand

Le Tyrol (3)

zell-lake

Le lac de Zell

En ce 5 juillet 69, nous décidons avec les enfants de prospecter le sous-sol des Alpes. C'est ainsi que nous nous dirigeons sur Salzbourg, descendons la Saalzach pour arriver à Dürnberg, sorte de centre des mines de sel. Nous laissons la voiture au parking et nous nous dirigeons vers l'entrée. D'emblée, nous sommes pris en main par des hommes en salopettes blanches qui nous font enfourcher un monorail. Nous changerons quatre fois de monrail pour arrive rau fond de la mine. Nous débarquons et on nous donne le détail du travail de la mine en français. Nous restons sidérés de voir l'importance des veines de sel. Ce sont de hautes parois de cinq à six mètres, peut-être davantage. De là, nous parcourons une ou deux galeries et arrivons en bordure d'un lac souterrain sur lequel nous allons voguer une demi-heure. L'eau est à une densité de trente pour cent de sel. L'ensemble du parcours peut se chiffrer à deux kilomètres de longueur. Au bout du lac, nous reprenons les toboggans et regagnons la terre ferme. Nous retournons vers St. Johann et nous faisons escale à Zell am See, en bordure du lac et allons déambuler dans la cité. Tout à coup, nous voyons un restaurant populaire tenu par des Hollandais. L'établissement est très bien achalandé et nous nous empressons de "déguster" une immense assiette garnie (tomates, salade, boulettes) et, bien entendu, un plat de frites. Zell am see est la cité principale des Hautes-Alpes autrichiennes et invite les touristes au repos et à la récréation. Après le repas, nous nous offrons une balade en bateau et effectuons le tour du lac. Nous admirons tous les villages aussi bien en bordure du lac que figés dans le bas-relief des Alpes.

mines de sel

Mines de sel
  

11:13 Écrit par animation sainte-anne dans Lucien Drugmand | Lien permanent | Commentaires (0)

30/11/2009

Lucien Drumang - Les Voyages - 30 Nov 09

Les Voyages de Lucien Drugmand

Le Tyrol (2)

Aujourd'hui, nous allons nous plonger dans la route alpestre du Grossglockner. Pour ce faire, nous passons par de petites routes qui nous conduisent vers Saalfelden (vallée de la Saal). Nous parvenons ainsi à Zellamsee, jolie petite cité située sur le lac du même nom que nous dépassons pour rejoindre les Hochalpen Strassen. La route est payante car elle a été construite à des fins touristiques au pied du massif alpin du Grossglockner, en dehors du réseau routier normal. Elle se caractérise par de nombreuses dénivellations, de nombreux lacets en épingle à cheveux. Son altitude oscille aux environs des 1.500 m avec différents points de vue comme le Fuschertoerl (2.400 m) et l'Edelweiss-Spitze (2.571 m) d'où nous observons un splendide panaorma sur les Alpes. De ce point de vue, nous sommes stupéfaits par le nombre d'aigles qui survolent le massif. Nous en apercevons une bonne centaine. Nous poursuivons la route et arrivons ainsi, toujours émerveillés par le spectacle que nous découvrons, à Heiligenblut. C'est un charmant village dans un site splendide avec une magnifique église construite sur un monticule (XVe s.), c'est également un grande station d'alpinisme.  Cette route a une longueur de 50 kilomètres avec des des dénivellations de 12 %. De Heiligenblut, nous rentrons à St.Johann en parcourant la même route dans l'autre sens. 

edelweissspitze02

L'Edelweiss-Spitze

Après un jour de repos et de farniente dans la cité de St.Johann, nous partons vers Berchtesgarden et le Königssee. Berchtesgarden est un très gros village qui a sa collégiale d'où nous admirons le massif du Hochkönig dans lequel fut construit le nid d'aigle du sinistre Hitler. La route nous conduit au parking du Königssee. Ce dernier est un lac complétement cerné de rochers et de langues de glaciers. Des vedettes à moteur électrique sillonnent le lac et débarquent les touristes à l'église St. Bartholoméo, splendide édificie à cinq bulbes à toits rouges. A cet endroit il règne sur le lac comme aux environs de l'église un silence monacal. Nous passons une partie de l'après-midi à nous promener dans les environs immédiats du débarcadère et rencontrons des autochtones en habits tyroliens. Les femmes portent un chemisier blanc très décolleté avec une longue jupe en daim. Cette toilette s'appelle le dirnl. Les hommes sont vêtus d'un pantalon court en cuir, avec bretelles reliées sur le devant et une veste grise en laine, ils portent le chapeau légendaire du Tyrol, en feutre et orné d'un plumet de poils de blaireau de couleur selon la région. Ils portent des gros bas blancs ornés d'une couronne de motifs colorés sur laquelle est attachée une floche de couleur identique à celle du chapeau.

dirnl

Le dirnl

Cette excursion reste inoubliable pour nous de par sa diversité (calme, panoramas vus, routes extrêmement toursitiques). Et nous rentrons à St.Johann, à vitesse modérée comme d'habitude.

heiligenblut1

Heiligenblut

11:32 Écrit par animation sainte-anne dans Lucien Drugmand | Lien permanent | Commentaires (0)

27/11/2009

Lucien Drugmand - Le Tyrol - 1969

Les Voyages de Lucien Drugmand

Le Tyrol (1)

Nous sommes en 1969. Les enfants sont avec nous.Nous terminons nos découvertes alpestres par le Tyrol. C'est par les autoroutes allemandes (en excellent état et surtout gratuites !) que nous roulons vers Cologne, Karlsruhe, Munich, nous descendons sur la frontière autrichienne en longeant le Achensee pour parvenir sur l'Inn. Nous longeons le fleuve jusque Wörgl et enfin nous déposons nos valises dans l'appartement à St-Johann. Nous arrivons vers 13h00 et nous prenons la direction est pour aller voir les chutes de Krimml (de 1600 m à 1062 m). C'est une chute en plan incliné qui gambade entre les roches immenses et qui dégage un nuage de gouttelettes dans un boucan infernal. Les chutes ont une longueur de quatre cents mètres.

St_Johann_in_Tirol

St.Johann (Tyrol)

Le lendemain, nous nous rendons à Kitzbühel, célèbre station de ski. Le long de la route, nous apercevons à l'entrée des hameaux de grands crucifix ornés d'une panoplie d'objets qui rappellent la passion : clous, échelles, marteaux, etc. Nous entrons dans une ville touristique dont la majorité des passants sont des étrangers. Nous nous promenons en ville et restons toujours émerveillés par l'architecture des maisons et des commerces.

11:24 Écrit par animation sainte-anne dans Lucien Drugmand | Lien permanent | Commentaires (0)