26/05/2010

Mémorial : Marie-Louise Hontoir

Marie-Louise Hontoir est décédée ce mardi 25 mai 2010

  

SL702117

  

C'est une bien triste nouvelle. Notre vieille amie Marie-Louise s'est éteinte ce mardi 25 mai 2010. Je cherchais quelques souvenirs d'elle et j'ai relu ce matin ses belles contributions à notre projet littéraire et intergénérationnel "Neiges d'Antan et d'Aujourd'hui". On y sent une grande sensibilité ("le souvenir obsédant de mon enfance, c'est l'absence de mes parents"), une délicatesse d'âme ("j'ai trois petits-enfants, des fillettes. Camille, Noémie, Lucie. des jolis prénoms qui riment en i. L'avenir, l'espoir, ce sont elles. J'espère qu'elles seront protégées de la misère du monde"), une grande vaillance au labeur ("j'ai beaucoup, beaucoup travaillé, je comprends que mon corps soit usé"). Il faut relire cet ouvrage, plein d'enseignements et de témoignages poignants. Le portrait de Marie-Louise y est joliment tracé et très émouvant.

Mille choses me viennent à l'esprit. Marie-Louise a été élevée par sa tante Eugénie. Les parents de Marie-Louise étaient, comme elle disait, "en service" : " Maman était femme de chambre et mon père était chauffeur". Sa maman venait la voir le dimanche, son seul jour de congé. Marie-Louise raconte : "Elle m'entendait, disait-elle, appeler à plus d'un kilomètre de distance. Et c'est vrai, je la réclamais !".

Il faut le dire, Marie-Louise racontait merveilleusement. Je voudrais lui laisser encore un petit espace pour évoquer l'exode : "Nous avons évacué en 40, tante Eugénie vivait encore. Nous sommes partis avec mes parents et les patrons de mes parents. Nous sommes partis à Arcachon, je n'étais jamais partie aussi loin , et depuis lors je n'ai plus jamais entrepris un aussi long voyage. A Arcachon, près de Bordeaux, il y avait les bassins d'élevage des huîtres et les dunes du Pilat, les plus hautes de France". Mais encore ce souvenir de guerre qui se double d'un heureux souvenir conjugal : "Entre 41 et 42, les Allemands voulaient des jeunes filles pour le travail obligatoire en Allemagne. Pour éviter que je sois emmenée en Allemagne, Arthur et moi avons décidé de nous marier. Je n'ai jamais regretté cette décision, nous avons vécu cinquante années ensemble jusqu'en 93. J'ai beaucoup pleuré quand je me suis retrouvée seule".

Marie-Louise était une femme aimable, bienveillante, affectueuse. C'était une adepte inconditionnelle de nos activités où elle révélait une très solide culture générale et une orthographe pratiquement infaillible. Oui, c'était une fierté pour elle cette belle orthographe jamais prise en défaut. Nous avions avec elle, Dominique et moi, une sorte de vieille complicité faite de confiance et de sympathie et nous la tenions en profonde estime. Oui, nous avions pour elle une grande amitié qu'elle nous rendait bien et son décès nous affecte. Née en août 1920, elle était entrée à la résidence le 27 juin 2003.

Pour entourer la photo de cette travailleuse acharnée qui s'est épuisée à la tâche, nous avons eu à coeur de faire le choix d'ornements légers, de parfums et de sonorités délicates. Mais aussi, nous lui offrons la dune du Pilat et les bassins d'Arcachon.

   

Arcachon

  

La dune du Pilat

11:34 Écrit par animation sainte-anne dans Mémorial | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.