14/04/2010

Madère : fin du tour de l'île - L. Drugmand

Madère (suite 2)

 

le travail de l'osier à Camacha

Machico

Le taxi nous conduit le long de la côte, cap à l'est. La route est excellente, toujours bordée de fleurs (hortensias, fuchsias) et nous arrivons en vue du phare qui sépare la côte africaine de Madère. La nature est très sauvage par sa végétation mi-tropicale. Nous descendons la côte ouest pour arriver à Machico, une station très estivale à l'abri des vents de l'océan. On y voit notamment un complexe touristique de construction récente. Par la suite, nous entrons dans l'intérieur de l'île et parvenons à Camacha. C'est l'ancienne capitale de l'île et de l'osier. En effet, dans toutes les rues, les habitants tressent l'osier et le saule pour confectionner des paniers, des sacs, des chaises, des fauteuils, des cache-pot, etc. Bref, une foule d'objets connus dans le monde entier.

Les traîneaux en osier de Monte à Funchal

De là, nous regagnons Funchal après cette journée mémorable. Après une journée de "repos", nous avons repris un taxi qui nous a conduits à Terreiro da Luta (900 m d'altitude) d'où nous apercevons une vue magnifique sur Funchal et admirons le monument de Zarco. Nous descendons à pied sous une voûte de pins parasols et d'eucalyptus pour parvenir au Monte (550 m) d'où nous admirons un parc superbe par la variété des fleurs que nous y observons. Du Monte nous accédons au parking des traîneaux et nous montons dans un "engin" en osier orienté de gauche et de droite par un guide et nous dévalons vers Funchal à toute vitesse sur une route pavée de galets arrondis par la force des marées. Après quoi nous invitons nos guides à venir prendre l'apéro. L'après-midi, nous la consacrons à la visite de la maison du tourisme ainsi qu'à la halle aux poissons.

 

Mémorial de Zarco

11:02 Écrit par animation sainte-anne dans Lucien Drugmand | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.