16/03/2010

Andalousie (6) - Lucien Drugmand

Andalousie (6) - Lucien Drugmand

Nous quittons les rives du Guadalquivir pour plonger (pensons-nous) sur Malaga. La grand-route s'élève jusqu'à 800 mètres environ pour redescendre sur Antequera. Côté négatif du parcours : la chaleur malgré l'altitude. L'autre versant nous apporte, malgré l'inconvénient d'une vitesse limitée due à la cohue des voitures et à la sinuosité du trajet, la possibilité d'admirer tout le panorama vers Malaga et l'ineffable grande bleue. Ce trajet nous a pris deux heures. Arrivés en bordure de mer, nous prenons la direction de Torremolinos où se situe le Campo de Golf (notre appartement qui fait face à la mer).

Antequera

Après notre installation, nous terminons la journée en nous rendant à Malaga, prendre un coup de fraîcheur sur le Paseo de Parque, une promenade voûtée par les palmiers le long de la mer.

Le lendemain, nous flânons dans le complexe et la cité de Torremolinos, nous sommes en quelque sorte en reconnaissance, nous cherchons des points de repères. Notre première excursion nous mène à Mijas, petit village andalou, peu peuplé. Toutes les maisons sont abondamment fleuries. C'est superbe. On constate qu'il n'y a aucune circulation et que les habitants se terrent dans leurs maisons cubiques, embellies par un crépi d'une blancheur éclatante.

Mijas

Nous poursuivons notre excursion vers Ronda qui a pour particularité d'être bâtie dans un vaste amphithéâtre de montagnes, plus précisément sur une plate-forme entaillée par les gorges dites "Tajo" (coupure). Le site est grandiose. La gorge est profonde de 200 mètres et divise la ville en deux quartiers. Du pont qui réunit les deux quartiers de la ville, on profite d'une vue impressionnnante. Ronda est célèbre dans toute l'Espagne car elle permet à sept à huit mille aficionados d'assister aux arènes les plus anciennes, elles datent du XVIIIe s. C'est un fait connu que dans ces arènes, le célébre toréador El Cordobès a raté trois fois une mise à mort.

Manuel Benitez Perez dit "El Cordobes" face au taureau

C'est impressionnant par la beauté du site. Nous trouvons difficilement un endroit ombragé pour pouvoir pique-niquer en bénéficiant de la brise marine. En effet, la ville se situe à plusieurs centaines de mètres au-dessus du niveau de la mer. 

    

Ronda

10:58 Écrit par animation sainte-anne dans Lucien Drugmand | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.