09/02/2010

Les Alpes dinariques (5) - L. Drugmand

Les Alpes Dinariques (5) - Les voyages de l'infatigable Lucien Drugmand

 

 

Bibinje

 

Nous achevons notre périple yougoslave en parcourant la route côtière jusqu'à la frontière italienne. La dernière grande cité que nous ayons visitée est Zadar, capitale de la Dalmatie, située sur une presqu'île. C'est à quelques kilomètres avant d'entrer dans la ville que nous sommes descendus de la route côtière vers le littoral. Nous aboutissons ainis à Bibinje. Nous avions reçu une réponse à notre demande de logement. C'est l'instituteur du village, parfait francophone, qui nous a dirigé vers une petite ferme quasiment fortifiée. On nous a ouvert la grande porte cochère afin de garer notre véhicule et nous avons pu admirer la cour intérieure de la ferme. De la cour, un escalier monumental en chêne massif, protégé du soleil et des intempéries par un toit, aboutit à une plate-forme sur laquelle on découvre un puits servant de lavabo pour les ablutions. On y puise l'eau à l'aide d'un seau et cela nous donne l'occasion de nous rafraîchir avant le repas du soir. Effectivement, en fin de soirée, les habitants du logis, revêtus de leurs habits régionaux, nous ont servi un délicieux souper composé de calmars, de poissons frits agrémentés de légumes et arrosés du vin local. Nous avons été subjugués par l'accueil et la restauration en cet endroit perdu, à l'écart du grand tourisme. Par la suite, nous sommes repartis pour découvrir la ville de Zadar.

 

   

 

Plitvice

 

 

Eglise saint-Donat (Zadar)

 

La ville est remplie de touristes attablés à toutes les terrasses situées sur la place et dans les rues adjacentes. Au retour à Bibinje, nos hôtes nous ont conuits dans nos chambres. C'était magnifique. Les murs et le sol étaient couverts de tapis et les lits éatient garnis de couvertures et de couvre-lits multicolores. Après une bonne nuit de repos, nous sommes repartis pour une visite rapide de la ville de Zadar. Après quatre siècles de conflits avec Venise, Zadar tomba au XVe s. sous la domination vénitienne. En fait, elle protégeait Venise contre les assauts turcs. Elle devint une enclave italienne et c'est en 1944 que l'Armée de Libération nationale la rattacha définitivement à la Yougoslavie. Très éprouvée par les bombardements aériens, la ville a néanmoins conservé la plupart de ses monuments anciens dont le plus important est l'église primitive de Saint-Donat, érigée au IXe s. C'est un des plus vieux édifices du Moyen Age dalmate. Une récente restauration lui a redonné son aspect roman. A l'intérieur on découvre de magnifiques tableaux de Carpaccio. D'autres sanctuaires parsèment la presqu'île. Citons l'église Saint-Siméon, patron de la cité dont les ossements sont conservés dans un reliquaire en argent et entièrement plaqué d'or offert par Elisabeth de Hongrie. Après ces visites de monuments, nous avons regagné notre voiture pour nous rendre, toujours par le littoral, au lac de Plitvice. Nous avons dû quitter la route côtière et, par Gospic, nous arrivons à Plitvice où nous abandonnons notre voiture et nous restaurons. Ensuite, nous entreprenons à pied la découverte des lacs. Ils constituent un attrait majeur de la Yougoslavie. Ils sont seize, alimentés par différentes rivières et se déversent, de terrasses en terrasses, dans d'autres lacs, contournant des îlots, franchissant de petits récifs. Ils ont un caractère sauvage qui modifie nos habitudes occidentales.

 

  

 

Zadar

 

Après cette courte excursion, nous reprenons la voiture et regagnons la côte à Senj en vue d'arriver à Trieste par Rijeka.       

11:23 Écrit par animation sainte-anne dans Lucien Drugmand | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.