04/02/2010

Les Alpes Dinariques (3) - L. Drugmand

Les Alpes dinariques (3) - Les Voyages de Lucien Drugmand

Budva

Nous redescendons vers la route côtière et nous dirigeons sur Budva. Budva est une plaisante vieille ville. Son histoire remonte au temps des Phéniciens. Lors du partage de l'empire romain, la république de Venise s'y établit pendant quatre siècles. Sa plage est qualifiée de "plage mosaïque" en raison de la qualité et la coloration changeante de son sable.Nous arrivons ainsi, par la route côtière qui est rehaussée de paysages d'une luxuriante végétation, à Sveti Stefan. Cela vaut la peine d'être vu. C'est sur un îlot qu'est établi l'ancien village de pêcheurs. Le cadre est enchanteur et sur la colline voisine on découvre un petit monastère. L'îlot est relié à la terre ferme par un isthme servant de plage. Les maisons des pêcheurs tombant en ruines, d'importants travaux ont été entrepris pour en faire un village-hôtel pourvu de toutes les commodités. Chaque maison est reliée à une autre et on y distingue des petits restaurants avec vue sur l'Adriatique et des chambres avec tout le confort. C'est surtout un lieu touristique où l'on aime errer, se balader, flâner. Le soleil couchant regagnant l'horizon, nous sommes revenus par la route côtière et avons traversé l'entrée du fjord de Kotor en bac, évitant ainsi cinquante kilomètres de route.

 

Sveti Stefan

Après cette journée remplie de sites merveilleux à contempler, nous nous sommes rendus en ville (Dubrovnik), pour y effectuer quelques petits achats et surtout pour retenir des sièges en vue d'assister au festival Béjart qui se donnait le soir sur une immense tréteau monté sur l'allée centrale. C'était superbe. Le Ballet du XXe siècle nous a offert un festival éblouissant de jeunesse, de sveltesse, de formes et de tableaux composés par la plastique humaine. Au cours de l'après-midi, nous avons pris la direction, par une route secondaire accidentée, du village de Trebinje. C'était jour de marché et il y régnait une très vive animation. Ancienne ville fortifiée par les Turcs, nous avons pu visiter la maison du Bey (gouverneur de la région). C'est un chalet d'un étage à toit de chaume et, à l'intérieur, on découvre et admire une décoration époustouflante, très riche. Les fenêtres, peu nombreuses, sont rectangulaires et sont terminées par deux arceaux au sommet. A peine entrés, nous découvrons cinq personnes en costumes ottomans de l'époque qui nous entourent et nous invitent à nous asseoir sur de magnifiques poufs. Deux personnes entraînent Marc dans une pièce voisine et l'habillent en petit ottoman à l'aide d'un fès, d'une blouse en soie, d'un pantalon bouffant et de babouches. Il prend place près de nous et on lui présente un narguilé. Il est intrigué, on lui en a explique l'usage et il tire quelques bouffées, ravi de l'importance qu'on lui accorde. Après cela, on nous servit un thé très chaud et très sucré et nous avons exprimé nos vifs remerciements pour l'accueil et l'intérêt que nos hôtes nous ont porté. Ne connaissant pas la langue, nous avons pu nous faire comprendre par signes. Ce petit compte rendu souligne la fraternité entre étrangers et constitue un souvenir inoubliable de cette visite vraiment baignée d'amitié. Après cette visite mémorable, nous sommes rentrés dans notre appartement en échangeant entre nous toutes les impressions agréables de la journée.

 

Trebinje

11:17 Écrit par animation sainte-anne dans Lucien Drugmand | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.