18/01/2010

La Campanie (9)

Les voyages de Lucien Drugmand (La Campanie - 9)

Après une journée de farniente, nous mettons le cap au sud. Nous remontons de Sorrente par la côte sinueuse qui conduit à Sant' Agata sui Due Golfi, bâtie sur une crête entre le golfe de Naples et de Salerne. De Sant'Agata on bénéficie de vues magnifiques sur le golfe de Naples et la côte amalfitaine. Nous redescendons par une route extrêmement rapide vers Positano. La route de la côte amalfitaine est l'une des plus belles routes d'Europe. Très sinueuse, en corniche entre mer et les Appenins.

   

Positano

Tout à coup, après avoir contourné un immense rocher, nous découvrons Positano, ancien village de marins devenu une station très fréquentée de la côte. Les petites maisons cubiques et blanches, d'allure mauresque, se perdent au creux de verdoyants jardins qui descendent en terrasse vers la mer. A cause de ses coupoles bizarres qui rappellent le style arano-méditerranéen et de ses splendides décors naturels d'un caractère primitif et sauvage, Position présente l'aspect d'un merveilleux paysage de crèche. Nous poursuivons vers le Vallone di Furore. "Entre deux tunnels, cette gorge est la plus impressionnante coupure de la côte par la sombre profondeur de ses parois rocheuses resserrées et escarpées, par le mugissement d'une mer sauvage qui, les jours de trop temps, déferle avec force". Du pont artificiel construit entre les deux parois, on aperçoit la mini-plage de Positano. La plage est saturée de monde. On peut voir aussi des tours sarrasines perchées sur des pitons. Mais à cet aspect revêche s'oppose un petit village de pêcheurs et la luxuriance d'une végétation composée d'orangers, de citronniers, d'amandiers, de vignes et d'oliviers. On y trouve aussi toutes les fleurs de la Méditerranée.

Sant'Agata

Quelques kilomètres plus loin, nous arrivons à la Grotta dello Smeraldo (la grotte d'Emeraude). Cette grotte marine, située au fond d'une crique rocheuse battue par la mer, se visite en bateau. "L'eau, d'une transparence exceptionnelle, est éclairée indirectement par réflection des rayons qui lui donne une admirable couleur émeraude". On est l'impressionné par le mugissement des eaux de la mer contre les parois. Cette nuance émeraude des superbe.

 

Grotta dello Smeraldo

Après avoir franchi plusieurs tunnels, nous arrivons à Amalfi. La ville a donné son nom à la superbe côte et ressemble bien, par son aspect général, à une petite ville espagnole. Les maisons, juchées sur les pentes du vallon qui fait face à la mer, composent un site merveilleux.C'est une des plus anciennes villes d'Italie, fondée à la fin du IXe s. Elle était sous l'autorité du doge de Venise. La navigation en Méditerranée était règlée par les tables amalfitaines (le plus ancien code maritime du monde). Son commerce était principalement orienté vers les ports de l'Orient. Il existait un arsenal où étaient construites des galères de plus d'une centaine de rameurs. Ces dernières ont participé au transport des croisés. 

La cathédrale Saint-André, du IXe s., témoigne de la splendeur orientale. Elle abrite les reliques de saint André. Du port, on franchit une distance d'une centaine de mètres et on parvient sur une place. A gauche, le lieu regorge de terrasses ombragées et, à droite, après avoir monté la cinquantaine de marches de marbre, on accède à une galerie couverte où l'on observe des sarcophages romains.

A gauche de l'entrée se trouve le campanile dont certaines parties sont recouvertes de pierres polychromes. Par l'atrium, on a accès au cloître du Paradis (XIIe s.) : il y a toute une végétation : des fleurs, des papyrus. Les colonnades de style roman se marient à des éléments architecturaux arabes.

Flavio Gioia

Redescendus de la cathédrale, nous prenons la direction de la Piazza Flavio Gioia, du nom de celui qui a perfectionné la boussole.   

10:55 Écrit par animation sainte-anne dans Lucien Drugmand | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.