30/11/2007

Anniversaires Novembre

SL700593

Anniversaires novembre 2OO7

Ce vendredi 30, nous fêtions 7 anniversaires : Bertha Maquet, resplendissante, fêtait ses 98 ans. Les époux Drugmand-Guillet fêtaient ensemble leurs 85 ans, lui étant né le 30 novembre  1922 et elle le 23, une semaine plus tôt. Ensuite, nous fêtions Adelin Moret, tout sourire, et Adrienne Tissot, 84 ans. Et, Andrée Belot, jeune fille du groupe, soufflait 73 bougies. Marthe Thirionet, absente, fêtait ses 81 ans.

SL700594

SL700595

Adrienne Tissot accompagnée de son inséparable Odette

SL700597

Andrée Belot, la cadette, la petite dernière, le perdreau de l'année

SL700598

Andrée et son amie Aline, très complices

SL700599

Adelin, solaire, fleuri par notre miss anniversaire, Valérie

SL700600

Adelin rayonne

SL700601

La photo du siècle : un cache-cache de toute première force, une oeuvre signée Domenico Chaltinus

SL700602

Lucien et Gisèle, plus de soixante années de mariage

SL700603

Bertha Maquet, superbe, allègre, magnifique : 98 ans !

SL700605

Ferventes étreintes

SL700606

Les fleurs, l'éclat des fleurs, le charme de la fleuriste ! Madame et Monsieur Drugmand, Valérie (peintre à la sauce tomate pendant ses loisirs) et Adelin Moret.

SL700607

Valérie



 





 

16:29 Écrit par animation sainte-anne dans Anniversaires | Lien permanent | Commentaires (0)

27/11/2007

Interview Christiane Grigny

 

Parisienne et Bordelaise

SL700103

CHRISTIANE GRIGNY

Folie Méricourt

Rue Folie Méricourt

Je suis née à Paris, dans le onzième, rue de la Folie Méricourt, quartier Saint-Ambroise, où il y a une très belle église. Tout ça, c'est mon fief. En descendant, on arrivait rue de la Roquette. Tout en haut de la rue de la Roquette, on arrive au cimetière du Père-Lachaise. Quel magnifique cimetière ! Il est beau à voir, il est à visiter, il y a là des monuments extraordinaires, des tombes superbes, des personnalités immenses.

église saint-ambroise

Eglise Saint-Ambroise

Père-Lachaise

Une vue du Père-Lachaise 

Pas loin, il y avait la Place de la République, ensuite, on pouvait prendre le boulevard jusqu'à la Place de la Nation.

Ah! Paris, mon Paris, il me manque, j'en rêve la nuit. Si je pouvais y retourner. J'ai connu mille quartiers, toute l'enfliade de la République à la Nation. Vous avez le Bois de Boulogne qui est magnifique. Je m'y suis bien promenée. Avec mon époux, on y a fait de longues ballades en vélo.

Bois de Boulogne

Vue du Bois de Boulogne 

Mon époux et moi, on vivait à Courbevoie et on allait souvent voir les matchs de football au stade de Colombes. Très beaux souvenirs avec celui qui me manque. Oui, ça, il me manque terriblement. Il s'appelait Jacques.

On était pas loin de la porte Champerret, on prenait le métro, lui et moi, et on descendait dans Paris. On circulait. J'avais ma grand-mère qui demeurait rue de la Grande Chaumière, à proximité de Notre-Dame-des-Champs. De là, on allait à Montparnasse, je m'y vois ! Je vois ma grand-mère, on s'aimait bien toutes les deux ! Montparnasse, beau quartier, belle gare, très jolie, le grand boulevard pour redescendre sur la Porte de Champerret. J'ai travaillé par là, en bas. J'étais au service des expéditions, je travaillais dans les produits lavande Yardley, une maison anglaise installée dans la banlieue parisienne, à Bécon-les-Bruyères. J'y ai travaillé vingt-deux ans. J'ai aimé ce travail, je devais beaucoup remuer, ça me plaisait, j'ai fait préparatrice de commandes et emballeuse. On produisait de l'eau de Cologne, du savon à la lavande. Ensuite, on a produit la fougère. Il y avait le savon à barbe, la crème à raser, le talc. Le savon à la fougère sentait tellement bon, c'était agréable, parfois, à la longue, on était écoeurée. On formait une équipe de femmes, il y avait un homme pour clouer et cercler les caisses. J'avais sous ma responsabilité une équipe de six ou spet femmes.

Notyre-Dame-des-Champs

Notre-Dame-des-Champs vers 1900

Porte de Champerret

Porte de Champerret

Yardley

Produits de la firme Yardley

Courbevoie

Courbevoie - Bécon-les-Bruyères, Le Marché Lambrecht
 

Mon mari était peintre en bâtiments, un drôle de peintre, un travailleur très doué. Son patron l'estimait et ne lui donnait pas n'importe quel chantier. Il était natif de Dreux, dans l'Eure-et-Loire. Il est né le 16 août 1922.

SL700567

Jacques

Jacques et moi, nous nous sommes connus en 46, au bal, dans le dix-septième, vers le Pont Cardinet, pas loin de la gare Saint-Lazare. J'y pensais il y a deux jours, dans la nuit, je pensais à la rencontre, à beaucoup de choses. En 47, c'est la naissance de notre fille, Danielle. Elle est née à l'hôpital Bretonneau, à deux heures du matin, après vingt heures de douleur. Jacques était là. Il était contraint d'attendre dans une chambre à côté.

Pont Cardinet

Pont Cardinet

Gare Saint-Lazare par Monet

La Gare Saint-Lazare, Claude Monet, 1877

 

avenue clichy

Avenue Clichy

Mariés, Jacques et moi et la petite, nous vivions dans le dix-septième, avenue de Clichy d'abord et ensuite rue Berzélius. Pendant un temps, avant de travailler chez Yardley, j'ai travaillé dans un restaurant, "Le Restaurant communautaire", situé rue Brochant. J'étais à la cuisine, et quand il y avait trop de monde, je montais aussi en salle, le temps de changer de tenue. Ca ne désemplissait pas, entre 250 à 300 repas par jour. On avait du boulot. Des patrons très gentils, très corrects.

Je suis entrée chez Yardley vers 48 ou 49.

Vers les années 60, nous descendons sur Bordeaux pour le travail de mon cher et tendre. Il a un gros engagement sur Bordeaux. Moi, je travaillais dans les écoles. Ah, Bordeaux ! Une très belle ville. C'est très accueillant, tout ! Là, on a découvert le soleil, et très près, la mer, le bassin d'Arcachon. Les huîtres étaient succulentes. Avec mon mari, on se régalait.  Avec la voiture, l'été, presque tous les dimanches, on descendait à la mer. En hiver, on allait sur les montagnes, les Pyrénées. 

Bassin d'arcachon

Le bassin d'Arcachon

Bordeaux

Le Pont Saint-Pierre à Bordeaux
 

Dans les Pyrénées, on partait en balade, on s'arrêtait au gré de notre humeur, au gré du vent même. Du moment qu'on était ensemble et qu'on pouvait voir le paysage. Les Pyrénées, on en a fait le tour en voiture, en vélo, à la marche.

A la mer, on allait se baigner sur le bassin. Il y avait du monde, pas grave, plus on est de fous, plus on s'amuse. Mon mari avait le talent de dénicher les coins, de s'arrêter au gré de son humeur. La Côte Atlantique et la Méditerranée, on faisait les deux. Sur le retour, on cherchait un autre itinéraire, par curiosité, pas goût de la vadrouille.

On peut tout de même dire qu'à Bordeaux on produit les meilleurs vins de France. Les meilleurs viticulteurs sont par-là.

Notre maison était située à Saint-Médard-en-Jalles, à quelques kilomètres de Bordeaux. C'était joli. C'était une petite ville pleine de jolies petites maisons, de très jolies rues. Il y avait la ville ancienne et la ville neuve. Il y avait une très belle forêt et de très beaux villages autour, Gajac, La Haillan, Saint-Jean-d'Illac, Mérignac, Blanquefort, Salaunes, Le Bouscat, Parempuyre, Eysines... 

mairie saint-médard

Mairie de Saint-Médard

SL700576

Christiane et Denys

11:24 Écrit par animation sainte-anne dans Interview Christiane Grigny | Lien permanent | Commentaires (0)

15/11/2007

Petit Album du Personnel soignant

 

Le Personnel Soignant

et du personnel en général

La grâce, plus belle encore que la beauté ! (Jean de la Fontaine)

En dehors de l'enfance et de l'oubli, il n'y a que la grâce qui puisse vous consoler d'exister. (Eugène Ionesco)

SL700564

Anne

SL700562

Anne, Fabienne, Caroline et Aurélie

SL700559

Les Trois mousquetaires étaient quatre, il en va de même pour les Trois Grâces

SL700585

Monsieur Donnay est en de bonnes mains, celles de Sabrina

SL700586

François et Alain

SL700587

La très charmante Vincianne, et, tout au loin, Bénédicte

SL700588

La distribution des repas au deuxième étage. Mention spéciale pour l'adorable Liliane, un modèle de courtoisie et d'amabilité. C'est toujours un bonheur de la croiser. Notre camarade Anne masque le chef.

SL700589

La cuisine a accompli de très sérieux efforts pour améliorer les repas et individualiser le service 

SL700590

Muriel terminait son contrat de remplacement ce vendredi 30 novembre

SL700609

Les Drôles de Dames (Maryse, Angélique, Jaïdé) (Sur le côté, Charlie déguisé en plante verte)

SL700610

Les mêmes

SL700611

Solange (Etymologie vraisemblable : seule ange et, par contraction, Solange, ange unique)

SL700612

Solange (Une autre étymologie du prénom : Solange, ange terrestre, messager dont les pieds restent en contact avec le sol, Solange)

SL700623

Local de l'ergothérapeute, Dolly. Un passage chez Dolly équivaut à une randonnée en Provence. A gauche, Anna, à droite, notre bénévole unique et préférée, Doris. Nous profitons de cet espace pour la remercier pour son amabilité et sa disponibilité.

SL700624

Partout attendue comme le Messie, notre pourvoyeuse en friandises, Doris. La qualité de sa présence est la première d'entre toutes ses sucreries.

SL700631

A l'arrière-plan, François. A l'avant-plan, faisant son entrée dans notre blog, sa majesté Philippe. Le voir ainsi me remet en mémoire quelques-uns des vers que le poète Raymond de Borrelli (1837-1906) consacrait au Sphinx. Accroupi sur un socle envahi par le sable, / Le col haut, le front haut, et les yeux grands ouverts,/ Certain de tout connaître, et d'être impérissable,/ Le grand Sphinx se dressait au-dessus des déserts.

SL700633

Que dire ? Laissons s'exprimer le poète ! Monolithe géant taillé par les ancêtres, / Il témoignait pour eux ; et sur ses flancs polis/ Le cartouche royal, épelé par les prêtres,/ Parlait aux temps nouveaux des âges abolis. Oui, messieurs-dames, classe, stature, efficacité, promptitude, gouaille, esprit, en un mot : Philippe !

SL700625

Epanouie, astrale, lumineuse dans sa rotondité maternelle, Stéphanie accouchera en janvier. Elle porte sa maternité avec grâce. Elle traverse la grossesse avec bonheur.

SL701411

La traversée a été si heureuse que voilà le superbe angelot qui en résulte. Il s'appelle Antoine, il est décontracté, il sommeille, il est beau comme un coeur. 

SL700644

Les Saints (avant d'aller en enfer) se reconnaissent entre eux

SL700654

Marina sait à quoi s'en tenir. Quant à Fabienne, elle est saisie d'un visible doute : "C'est-y le vrai ou c'est-y pas ?"

SL700685

Regardez un peu comme Anne cherche à se débiner ! Trop tard, le petit oiseau a jailli.

SL700687

A présent, conquise, elle veut qu'on la photographie sans arrêt : "Je ne bougerai pas d'ici tant qu'on ne m'aura pas photographiée ! "

SL700782

Sylvie et son angelot, Laurian

SL700793

Une synthèse de la grâce, du mouvement et de la motivation. Toujours sur la brèche, Anne, notre soeur Anne (elle voit tout venir). 

SL702612

Notre consoeur Khadija au terme de son remplacement, le 28 septembre 2008. Nous espérons que cette aimable collègue sera sous peu de retour dans notre équipe. A l'arrière-plan, notre ami Pierre (Pétus Germanicus) songe à quelque chose.

SL702647

la révérende mère Bénédicte astique les vitrines

SL702648

la mère Chantal avec son goupillon très particulier

16:28 Écrit par animation sainte-anne dans Petit Album du Personnel soignant | Lien permanent | Commentaires (0)

13/11/2007

Aline Henry

Mon Petit-Fils au Niger

SL700190

Aline Henry

Mon petit-fils, m'explique Aline Henry, part en mission culturelle pour le Niger. Il s'agit une rencontre au niveau de la mode entre l'Afrique et la France. Il a l'habitude des voyages sur le continent africain mais à chaque fois, ces longs voyages m'inspirent de l'inquiétude. En fait, j'aimerais bien regarder sur la carte où se situe exactement le Niger. Et j'aimerais situer clairement la ville de Niamey. J'ai l'impression que ça me rassurerait de savoir exactement où il est. D'après ce que j'ai appris, le Niger est un pays calme.

carte-afrique

Le Niger est une république de l'Afrique Occidentale, à l'est de la boucle du Niger. La capitale en est Niamey.

Niger

Situation du Niger (en rouge)


 

 

11:31 Écrit par animation sainte-anne dans Aline Henry | Lien permanent | Commentaires (0)

08/11/2007

UNE MISS PARMI NOUS

 

UN JOYAU PARMI NOUS

Juliette PAQUET fut Miss Quartier en 1937

Juliette a été élue, à l'âge de 14 ans, Miss Quartier Saint-Jacques à Braine l'Alleud.

SL700523

Sans ses cheveux qui volent, / j'aurais dorénavant / des difficultés folles / A voir d'où vient le vent (Georges Brassens)


 

16:38 Écrit par animation sainte-anne dans Une Miss Parmi Nous | Lien permanent | Commentaires (0)

07/11/2007

LES RESIDANTS SUR INTERNET

 

Les Résidants sur Internet

Ce mercredi 7 novembre, Xavier avait apporté son projecteur multimédia et nous avons été en mesure de faire voir aux résidants une première partie de la collection de photographies du service, photographies des résidants et des membres du personnel depuis 2004. Une partie de cette volumineuse collection (plus de 1500 clichés) a été consultée ce mercredi. De même, grâce à ce précieux outil, nous avons réalisé une visite publique des différentes catégories de notre site-blog.

SL700481
 

Notre charmante consoeur Lindsay

SL700483

Un important groupe pour assister à la découverte du site et à la collection de photographies

SL700484

Xavier, l'un de nos kinés (et précieux collaborateur qui a mis à notre disposition son projecteur) et Lindsay

SL700485

SL700486

SL700487

SL700488

SL700492

SL700493

SL700495

SL700499

SL700500

 

SL700502

SL700505

SL700507

SL700510

SL700511

SL700512

SL700514


16:30 Écrit par animation sainte-anne dans Les résidants sur Internet | Lien permanent | Commentaires (0)

06/11/2007

MEMORIAL

Ne sais-tu pas que la source de toutes les misères de l'homme, ce n'est pas la mort mais la crainte de la mort. (Epictète) 

Les Oiseaux Migrateurs

birds_1

Pour garder trace de leur passage, nous ouvrons cet espace au souvenir des oiseaux qui se sont un instant perchés dans nos branches. Ici est un lieu où fleuriront ensemble oiseaux, photos, poèmes, arbres et fleurs.

arbre2

Au plus fort de l'orage, il y a toujours un oiseau pour nous rassurer. C'est l'oiseau inconnu. Il chante avant de s'envoler. (René CHAR)

SL700195

Louis Linard, né le 19 janvier 1912, entré chez nous le 24 mai 2007 et décédé à Saint-Vincent la nuit du vendredi 2 novembre 2007. Pour favoriser son essor, nous sommes allés puiser à la plume de Victor Hugo et de René Char.

D'ailleurs, parce que le vent, comme on dit, n'est pas à la poésie, ce n'est pas un motif pour que la poésie ne prenne pas son envol. Tout au contraire des vaisseaux, les oiseaux ne volent bien que contre le vent. Or la poésie tient de l'oiseau. (Victor HUGO)

arbre

oiseau

Aucune parole ne précède les vrais départs. (Edmond Jabès)

SL700141

Notre vieille amie Octavie SIMON est décédée ce 9 novembre à 6 heures du matin. Elle était née le 21 septembre 1913. Octavie était entrée à la Résidence le 26 juillet 2007. Nous lui souhaitons des vents et des futaies favorables.

Au départ, il ne s'agit pas de comprendre mais bien d'aimer (André Breton).

automne-feuillages-arbres

Sur l’eau lunaire l’heure glisse / Pâle et lente jusqu’au matin ; / Une étoile, une autre étoile s’éteint, / La lune seule au ciel veille consolatrice 

(André Fontainas, L’Aube paraît)

Je me suis habitué à la mort : un pianiste est un homme déguisé en croque-mort avec, en face de lui, constamment, son piano qui ressemble à un corbillard. (Arthur Rubinstein).


SL700533
 

Louis Damoiseaux est né le 28/12/1914. Pour son second séjour chez nous, il est entré le 07/11/2007. Il est décédé ce dimanche 18 novembre. 

J’ai pris de la pluie dans mes mains tendues / - De la pluie chaude comme des larmes – / Je l’ai bue comme un philtre, défendu / A cause d’un charme ; / Afin que mon âme en ton âme dorme.    (Francis Vielé-Griffin)  

 

fleur
  
Je songerai aux mains qui ont touché l’hostie, / Aux mains qui ont béni et qui ont baptisé,/ Je songerai aux bagues, aux cierges, aux agonies ; / A la croix qui les garde jusqu’à la dernière heure. /  Je songerai aussi aux morts du cimetière, / A ceux qui ne sont plus que de l’herbe et des fleurs, / A ceux dont les noms se lisent encor sur les pierres, / A la croix qui les garde jusqu’à la dernière heure.   (Extrais de L’Eglise, Rémy de Gourmont)

oiseau

 

Nous apprenons le décès de notre ami Alphonse Donnay, né à Anthée le 2 juin 1919 et décédé à Dinant, durant une hospitalisation, le 13 janvier 2008. Alphonse était entré chez nous le 02 mai 2007. Nous avons apprécié sa cordialité et sa gentillesse.

 SL700174

Alphone Donnay

arbre 1

Et que j'aime ô saison que j'aime tes rumeurs / Les fruits tombant sans qu'on les cueille / Le vent et la forêt qui pleurent / Toutes leurs larmes en automne feuille à feuille / Les feuilles / Qu'on foule/ Un train / Qui roule / La vie / S'écoule.    (Guillaume Apollinaire)

SL701194

Justine Gottieb, née le 18 juin 1931 et entrée chez nous le 6 décembre 2007 est décédée ce 14 janvier au matin. Justine était française, elle avait vu le jour à Mézières.

Vous y dansiez petite fille / Y danserez-vous mère-grand / C'est la maclotte qui sautille / Toutes les cloches sonneront / Quand donc reviendrez-vous Marie (Guillaume Apollinaire)

Antarctique-Paysage-4

OASIS

J'ai dans mon coeur, à l'abri des orages, / Une oasis, où tout est calme et frais. / Nul importun n'en perce les ombrages, / Nul indiscret n'en peut troubler la paix./    J'ai dans mon coeur un jardin solitaire / Dont les parfums m'enivrent nuit et jour; / La fleur du rêve y croît dans le mystère, / Dans le silence y naît la fleur d'amour.    Là, dédaigneux des hommes et des choses, / Loin des soucis que j'en ai su bannir, / Dans la douceur des lilas et des roses, / J'entends chanter l'oiseau du souvenir !  (Paul COLLIN, Fleurs de Givre)

 

SL700690

Angèle LAFFINEUR a vécu à Baillonville. Elle est née le 2 août 1911 et elle est décédée ce dimanche 24 février 2008. "Maman, me confiait sa fille, était une femme enjouée, vive, souriante. Mais du jour où elle a perdu son époux, elle a cessé de sourire. Le rire s'est définitivement retiré d'elle. Elle n'en voulait plus". Sur cette photo, nous avons laissé Angèle parmi les siens, parmi ses photos et ses souvenirs.

oiseaux


Oh ! que sa main est petite et blanche ! / On dirait une fleur qui penche ... / Elle repose, elle dort, / Elle a touché la mort, / Elle est vide, et toute légère / Elle a accompli son sort sur la terre. (Charles Van Lerberghe, La Mort)

Nous mourons par manque d'amour, par l'absence, par le désespoir. Ce qui nous retient à la terre, c'est l'amour, c'est la vie. La mort a été construite avec le sentiment de refoulement dans l'homme. Nous avons fabriqué la mort. (Malcolm de Chazal)

 

11:58 Écrit par animation sainte-anne dans Mémorial | Lien permanent | Commentaires (0)